Archives de catégorie : Coups de sang

Sang rire… sur ces sujets je vois rouge.

Qu’est-ce qui se tram ?

tram
Sortant du Tram je croise un « humain » courageux
Osant me murmurer son grand et bel aveu,
Souffle à mes écouteurs : « Sale Juif ! » Aïe, mes aïeux…

Depuis la rame, caché, ce gars futé et preux,
Use ses traits, renfrogné, se révèle, être hargneux.

Qu’importe mes croyances ! Que sait-il de mes cieux !?
Un chauve, en avait-il après mes grands cheveux ?
Il enviait mon sourire ou bien mon R. joyeux ?
D’où un fait avéré sur ce couard en ce lieu :
Âpre tristesse infinie de ce genre d’esprit creux
Maudissant jour et nuit le tolérant heureux.

Ces deux mots en disent long de ces mépris odieux…
Obviez la rage aveugle, ce grand mal à la vie
Nu est celui qui beugle sa haine d’un autrui !


R.

(Crédit Images : À la une => Gerard Stolk (vers le Midi-Carême) / Article => tryphon4.)

Conte défait, contre défait.

Un article se cache sous cette image :
Voulez-vous m'épouser ?Oh range, ça!
Peut-être un signal indiquant qu’il est temps de s’arrêter… avant de possibles regrets.

Moi, ce conte défait (j’fée le malin) ne me fait pas rêver.

Oui car, à la fin de cette fin, lorsque le grand tourbillon (qui mouille) de la vie appellera l’absorption du prince au fond du trou (crotte!, mortelle… ce genre de blague qui tombe à l’eau…), même ses besoins (je continue sur ma lancée et pis…pis c’est tout!), de voir la vie sans ‘elle’ (ça ne vole pas haut) et sans lunette (le flou), ne l’empêcheront d’apercevoir :

    1. Qu’il ne laissera aucune vague, nouvelle, derrière lui…
      Peut être seulement de vagues inconnu(e)s, sans papier (cucu ce passage) à son nom.
      ~~~~~~~~~~~~~~~~~~
    2. Qu’il ne manquera :
      • ni à sa moto (elle l’aura assez roulé),
      • ni à toutes ces filles sans nom (sans occasion donnée de dire oui),
      • ni à ses bouteilles dont les liquides l’auront précédé (encore une blague qui fait plouf),
      • Encore moins à son jean (ça lui fera de belles jambes) !

Et pan! (talon…) un prince qui se tire une balle dans le pied, cqfd!

C’est pas de po (gnon, gnon), ces choses ne s’achètent qu’au cœur…
…de la vie, avec amour, rires, et évitent à mourir sans avoir jamais vraiment aimé.

Un prince sans cœur utilisé est un prince-sans-rire !

 

Chère lectrice, cher lecteur, vous risquez au final de trouver ce petit pavé métaphorique difforme et lourd, en français dans le texte : « c’est d’la mer**! ». Salé…
Ma fin n’est pas fine, in fine bien moins que la fin dont elle parle, je le reconnais.

L’avantage pour moi, ici, est qu’il m’est simple de conclure ainsi :

Sur ce pavé dans la marre je tire la chasse, puis je m’en lave les mains.

R.

(Crédit Images : À la une => Poulepondeuse / Article => Inconnu.)