Archives par mot-clé : amour

Conte défait, contre défait.

Un article se cache sous cette image :
Voulez-vous m'épouser ?Oh range, ça!
Peut-être un signal indiquant qu’il est temps de s’arrêter… avant de possibles regrets.

Moi, ce conte défait (j’fée le malin) ne me fait pas rêver.

Oui car, à la fin de cette fin, lorsque le grand tourbillon (qui mouille) de la vie appellera l’absorption du prince au fond du trou (crotte!, mortelle… ce genre de blague qui tombe à l’eau…), même ses besoins (je continue sur ma lancée et pis…pis c’est tout!), de voir la vie sans ‘elle’ (ça ne vole pas haut) et sans lunette (le flou), ne l’empêcheront d’apercevoir :

    1. Qu’il ne laissera aucune vague, nouvelle, derrière lui…
      Peut être seulement de vagues inconnu(e)s, sans papier (cucu ce passage) à son nom.
      ~~~~~~~~~~~~~~~~~~
    2. Qu’il ne manquera :
      • ni à sa moto (elle l’aura assez roulé),
      • ni à toutes ces filles sans nom (sans occasion donnée de dire oui),
      • ni à ses bouteilles dont les liquides l’auront précédé (encore une blague qui fait plouf),
      • Encore moins à son jean (ça lui fera de belles jambes) !

Et pan! (talon…) un prince qui se tire une balle dans le pied, cqfd!

C’est pas de po (gnon, gnon), ces choses ne s’achètent qu’au cœur…
…de la vie, avec amour, rires, et évitent à mourir sans avoir jamais vraiment aimé.

Un prince sans cœur utilisé est un prince-sans-rire !

 

Chère lectrice, cher lecteur, vous risquez au final de trouver ce petit pavé métaphorique difforme et lourd, en français dans le texte : « c’est d’la mer**! ». Salé…
Ma fin n’est pas fine, in fine bien moins que la fin dont elle parle, je le reconnais.

L’avantage pour moi, ici, est qu’il m’est simple de conclure ainsi :

Sur ce pavé dans la marre je tire la chasse, puis je m’en lave les mains.

R.

(Crédit Images : À la une => Poulepondeuse / Article => Inconnu.)

Un jeu dit : c’est dix!

C'est dix!
Dis, l’interdit se contre, dis ? alors bon…dis!

Si les choses courues sont les seules refaites,
Ô le neuf ne vient plus que des rêves de poètes.

Nul ne doit taire l’aimant, ses idées et envies
Peut importe les gens, leurs dogmes et manies.

Ce dix cours de dix traits, le dix cernes-tu, dis ?

Si la cause entendue est la seule ‘parfaite’,
La fantaisie se mue en instants du poète.

Pour qu’il y est aimant entre quelques esprits,
L’échange est important et l’écoute aussi.

Ce dix cours ce dix perse mais dix tend vers le « dis! ».

Si l’on ose la venue d’un étrange ‘peut être’,
Le beau est aperçu là où l’autre peut Être!

Toi écrivain aidant à nos doux paradix,
Le beau est le moment où cette pensée prend vie.

Ce dix soude, ce dix joint, dix simulant un dit…

R.

[Écrit le jeudi 6 septembre 2012. – (Crédit Photos : À la une => swamysk / Poème => Leo Reynolds)]
___________________
La suite avec Єo. ici!

Cuisine des Sentiments.

Cuisine des sentiments 2

L’amour c’est comme un gâteau,

Pour se lancer il faut que les bons ingrédients soient réunis,
Pour qu’au final il n’ait pas un goût amer il faut des dosages corrects (de sentiments),
Pour qu’il prenne forme il faut de bons ustensiles,
Pour ne pas que ça sente le cramé il ne faut jamais que ça chauffe trop longtemps
(aux premiers signes de fumée, couper le feu),
Pour éviter que cela ne casse il faut être attentionné au démoulage,
Pour ne pas créer de conflit il faut être équitable et savoir faire des sacrifices,
Pour que cela dure un peu il ne faut pas être trop gourmand,
Pour ne pas qu’il s’émiette il faut savoir rester propre et droit,

Et, si un jour vient il n’en reste plus grand chose,
il faut savoir remettre la main à la pâte.
(Ou à défaut, les pieds dans le plat).

L’Amour râle de l’histoire : « Qui a dit que l’amour c’était pas du gâteau !? »

R.

[Écrit le vendredi 30 décembre 2011 –
J’ai le Sentiment de cuisiner… quelques articles tartes :D,
si c’est trop indigeste me prévenir que j’évite les procès pour intoxication… l’écrit m’enterre?
(Crédit Photos : À la une => anaislilou / Article => PetitPlat – Stephanie Kilgast)]
___________________
La suite avec Єo. ici!

L’ivre de vie.

Dans le livre de nos vies,
L’encre est nos sentiments,
Et la plume qui écrit
Vie de nos mouvements.
À chaque ligne finie
Là défile… le temps.

À nous de bien l’écrire,
Peu importe sa taille,
De bonheur le remplir,
Il n’y a que ça qui vaille.
Que l’amour y transpire,
Et à chaque page mitraille!

Le monde est une bibli.
Les pays, ses rayons,
Il s’y croise tous récits,
Ses colonnes, des régions,
Tout ce rencontre ici,
Rêves, émotions… passions.

Livre de vie

Je ne crois au destin!
Avec pour arme sa plume,
Chacun fait sont bouquin,
Trace sa route de bitume,
Et espère que demain,
Sourira la fortune.

Ô un jour, une nuit,
Serais-je co-auteur
Des mots d’une autre vie,
Du roman d’une fleur ?
Et mes ‘je t’aime’ ainsi
Les graverais en son cœur !

Je pourrais lire en elle
Comme dans un livre ouvert,
À jamais contre celle,
Sur la même étagère,
Qui me donnerait Elle,
Mes pages vides l’espèrent…

R.

[Écrit le samedi 18 février 2012 – (Crédit Photos : À la une => chiaralily / Poème => _basti_)]